Appui aux dynamiques de production agricole et de diffusion des technologies agricoles

Ce programme vise non seulement à accompagner le monde rural pour intensifier et diversifier les productions agricoles mais aussi à intégrer des technologies agricoles issues de la recherche et développées par les centres internationaux et nationaux de recherche. Les activités sont bases particulièrement pour la production du bananier, de légumineuses et de manioc ainsi que les céréales. Il vise aussi à valoriser les aliments traditionnels oubliés à travers l’horticulture.

Le programme avec CIALCA (Consortium for Improved Agriculture-based Livelihoods in Central Africa) est opérationnel depuis 2006. Le CIALCA est un consortium de trois institutions internationales de recherche agricole (CIAT – IITA – Bioversity international). Toutes trois ont reçu des subsides de la DGCD et mettent en œuvre un programme de recherche dans la région des grands lacs, le consortium doit faciliter la communication et les synergies entre ces organisations et éviter les double-emplois.

La Plate-forme Diobass au Kivu met à disposition du programme ses compétences en matière d’organisation, de structuration  et d’accompagnement méthodologique des organisations paysannes dans le Sud Kivu. D’autre part; elle anime le processus de communication chercheurs-paysans afin d’éviter un transfert vertical des connaissances.

En 2007, au cours de la saison des pluies A (mars- juin), les essais sur des semences souches de nouvelles variétés de légumineuses (Soja: 3 variétés; Haricot nain 3 variétés; Haricot à rame 2 variétés) ont pu débuter dans les quatre sites de Kabamba, Luhihi, Lurhala et Mwegerera retenus pour participer à la phase d’essai. Les conclusions des essais montrent que les terres situées sur les sites de l’axe Sud, soit Lurhala et Mwegerera n’ont pas favorablement répondu. De nouvelles recherches-actions avec d’autres variétés sont pour déterminer les meilleures combinaisons pouvant être  diffusées auprès des autres producteurs lors des prochaines journées paysannes.

La saison des pluies B (septembre-janvier) a permis de démarrer la phase de multiplication des semences. Vu les mauvais résultats des essais sur l’axe Sud, cette phase c’est essentiellement développée dans les sites de Kamba et Luhihi. Les surfaces de mise en culture pour la multiplication ont été étendues en intégrant des sites “satellites” et de nouvelles organisations paysannes dans le processus. A cet effet, deux séances de formation ont été organisées pour initier les agriculteurs aux techniques de multiplication. Les surfaces utilisées pour la multiplication avoisinnent les 8 hectares. Ces surfaces permettent déjà une diffusion appréciable des semences récoltées.

En fin de saison, les différents acteurs, INERA, SENASEM (Service National des Semences), les associations paysannes impliquées dans l’activité et l’équipe technique de la Plate-forme Diobass se sont rencontrés dans chacun des axes pour d’une part évaluer les activités et d’autre part, coter les semences selon les critères de performance des paysans.