Les éleveurs d’Idjwi Sud s’organisent et se prennent en charge face à l’inexistence du service vétérinaire

La plateforme DIOBASS a doté la fédération d’éleveurs d’Idjwi de 2 géniteurs mâles de race améliorée et d’un kit vétérinaire pour améliorer la race bovine locale et augmenter la production en lait.
Grace à cet appui la Fédération des Eleveurs d’Idjwi en collaboration avec le CLD et le CARG, ont rendu possible l’accès au traitement vétérinaire de tous les éleveurs de vache dans la chefferie. Ils ont plaidé auprès du chef de chefferie qui a accepté de rendre disponible un espace où ils ont installé un couloir d’aspersion, ils ont loué les services d’un vétérinaire local à qui ils payent une prime mensuelle et mettent en place un système de renouvellement des produits par le paiement d’une petite somme d’argent variant entre 100FC pour un veau, 300fc pour une vache adulte et jusqu’à 8500FC pour l’administration des soins vétérinaires particuliers.

La plateforme DIOBASS nous a appuyés en dotant de deux géniteurs mâles pour nous permettre d’améliorer la race locale de nos vaches et pouvoir produire beaucoup de lait. Nous avions pu mettre un peu d’argent de coté de ce qui nous avait été donné et cette épargne nous a permis d’acheter
un kit vétérinaire pour nos vaches de race améliorée. Lorsque nous avions voulu les asperger, les éleveurs qui avaient les vaches dans les environs ont amené leurs vaches pour qu’elles soient aspergées aussi. La nouvelle est partie de bouche à oreille et nous avions reçu des demandes de plusieurs personnes. Nous avions alors tenu une réunion dans laquelle nous avions appelé toutes les personnes qui étaient intéressées par le traitement de leurs vaches. C’est dans cette réunion que nous avions pris l’option de faire faire payer un minimum de 300fc par vache adulte.

Le produit de cette activité va nous permettre d’acheter des nouveaux produits vétérinaires, payer le
vétérinaire, acheter les compléments alimentaires et les fourrage en attendant que nous plantions nos propres aliments pour les vaches. Nous avons observé un engouement des éleveurs sur cette activité.
Ce qui témoigne que c’était un besoin réel qui n’avait pas de réponse. Le fait que le Mwami se trouve impliqué dans l’activité nous donne une chance que nous allons continuer sans problème. Il nous a déjà donné un terrain où nous  allons installer le couloir d’aspersion. Ce couloir sera respecté et les gens y voient du sérieux parce que le Mwami intervient.

Please share with

Téléchargement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *